La calligraphie en Turquie

La calligraphie occupe une place importante dans l’art musulman, comme la représentation des être-humain en forme de dessin ou statue est interdite dans la religion, la calligraphie surpasse toute les formes d’expression car elle donne forme a la parole du Coran.

Au debut existait deux types de calligraphie:

le kufi, qui accuse le caractère statique des lettres, donnant des coins net aux lettres  :

 

la calligraphie kufi

la calligraphie kufi

Le naskh: Fluide est moins facilement lisible.  C’est ce style que l’on apprend à l’école  et l’écriture usuelle

nesih

Calligraphie Naskh (nesih)

Par la suite les Ottoman vont commencer la représentation appelée Thulut soi dit Sülüs, qui combine c’est deux modes. La lettre est 2/3 arrondie et 1/3 vertical, elle est transposer a l’échelle monumentale sur les murs des mosquée. On y retrouve les lettres aux hampes  tres allongées du Kufi et le linéarisme continu du neskhi, comme une synthèse des deux dimensions symboliquement associes au devenir le vertical et  a l’horizontal.

calligraphie sulus

calligraphie sulus

Durant votre visite du palais de topkapı vous pouvez voir plusieurs un exemple de ce style de calligraphie. Celui qui est situé a l’entree du palais est un très bon exemple de la calligraphie ottoman (sur 2 rang a forme symétrie).

 

Au debut la calligraphie était apprit par un maître, le jeune apprenti durant 3 ou 5 ans attendais son brevet, sans avec il ne pouvait pas signer ses calligraphies.

Le Firman (Ferman) le décret du sultan était aussi écrit en forme de calligraphie. Vous pouvez voir l’un ce cette example ci dessous:

 

Yorumlar

Yorum